Le passage de la couche au pot est un moment délicat pour l’enfant et les parents. Il n’existe pas d’âge précis pour ce changement : l’enfant doit être physiquement et psychologiquement mature pour apprendre à contrôler les sphincters.

Il est également important que les parents aient le temps nécessaire pour suivre calmement et patiemment leur enfant tout au long de son parcours vers l’indépendance de la couche. Il faut en effet être à l’écoute de son enfant et l’observer lorsqu’il prend conscience des sensations de son corps et du changement qu’il vit.

L’enfant doit donc être écouté, encouragé mais jamais forcé.

Il est possible d’adopter des mesures qui facilitent l’acquisition de l’habitude de l’usage du pot.

  • Mettre l’enfant à l’aise : ses pieds doivent être posés au sol et ses genoux doivent être plus hauts que son bassin pour favoriser la contraction des muscles abdominaux. En cas d’utilisation d’un réducteur de toilette, il est important que l’enfant puisse poser les pieds sur un tabouret ou un support car ses jambes ne doivent jamais être ballantes.
  • S’assurer que l’enfant soit à l’aise, en prenant soin de choisir la pièce ou l’espace où le pot sera placé.
  • Proposer l’utilisation du pot de préférence après les repas de façon à exploiter le réflexe intestinal associé au remplissage de l’estomac (réflexe gastro-colique).
  • Apprendre à l’enfant à ne pas être pressé en évitant toutefois de le laisser sur le pot trop longtemps (pas plus de 10 à 15 minutes).
  • Être patient et encourager les progrès : ne pas se montrer impatient ou découragé en cas d’échec ou si l’enfant a sa culotte sale (de petites pertes de selles se produisent naturellement en cas de remplissage excessif du rectum).